Sortie Black-Bass dans le 44

Pêche du Black Bass dans le 44

Black-Bass pris en Wacky

Surnommé le “Diable Vert”, le black-bass est un carnassier venant des USA introduit en France dans les années 40. Sa recherche est passionnante, de la surface jusqu’au fond, ce poisson est un chasseur hors pair sur toutes les couches d’eau.

Sortie rapide de fin juin en rivière dans le 44

Le moi de juin est le premier mois de l’année où la pêche du Black-Bass dans le 44 est autorisée et intéressante. Après sa fraie et la protection du nid, les poissons commencent à naviguer entre la pleine eau et les bordures.

Découverte d’un nouveau spot sur une session rapide. Les conditions sont bonnes, pas trop chaud, une eau à 19°C, un peu de vent, une eau claire et une luminosité intermittente entre les nuages. Pour être efficace et confort, je pars avec un combo Casting médium, une épuisette, des leurres souples et des hameçons Texan et Wacky. Le but étant de juger le potentiel du secteur.

Le choix de la technique

Une technique que j’aime bien pour le black-bass : des lancers longeant la berge et les obstacles. Je commence à faible distance en soignant les posés et essayant de ne pas faire trop de bruit. Le leurre, une Frog couleur naturel vert/jaune, montée en Texan.

Après quelques passages devant des joncs, une vague se forme en suivant le leurre. Le poisson est intéressé mais n’a pas été jusqu’à saisir la Frog. Quelques mètres plus loin, idem, le poisson sort de sous la berge, suit la Frog jusque dans mes pieds sans la saisir. Les poissons sont là, réagissent mais je n’arrive pas à concrétiser. Changement de méthode, je passe sur un montage Wacky avec un worm de 20 cm coulant. Sur le même spot, 1er lancer dans la bordure, le leurre n’a pas le temps d’atteindre le fond que la bannière se décale violement. Premier poisson piqué, de taille modeste mais poisson tout de même.

Black-Bass du 44
Black-Bass prit en Wacky

La session continue, des lancers dans les bordures, j’accompagne la descente, deux/trois animations et on recommence. Résultats au bout de deux heures de pêche : six black-bass, tous maillés entre 25 et 30 cm.

Convaincu que de beaux sujets peuplent les eaux, je repasse à la Frog sur quelques spots où aucun poisson n’avait bougé à l’aller. Dans une nappe de nénuphars entre deux pieds de Carex, la Frog a à peine eu le temps de toucher l’eau qu’un remous explose à la surface. Je rends la main le temps qu’il se retourne et ferre.

Beau black bass du 44

C’est un peu mieux, une quarantaine de centimètres de muscles et des couleurs magnifiques.

Sur la une sortie de 3 heures

Résultat de la session, en moins de 3 heures de pêche, quelques beaux poissons, une prospection limitée sur un linéaire d’environ 250-300 mètres de berge avec deux techniques intéressantes et complémentaires pour le black-bass : une de surface et une sous l’eau. L’avantage d’une sortie rapide est de voyager léger. Un combo, une sacoche et une épuisette. Vous pouvez emmener 10 kg de leurre et un fagot de cannes, mais quand vous savez que les poissons sont sur les bordures, concentrez vous sur des approches et un matériel adapté.

Une pêche au Spinner, au Chatter ou en Top water durs auraient pu donner également des résultats voire déclencher plus rapidement les gros poissons en prospectant plus large que sur uniquement la bordure aux leurres souples. Cela sera pour une prochaine session, sûrement en float-tube cette fois. Mais le secteur est prometteur, facile d’accès et à pêcher. Je serais surpris de ne prendre que des black-Bass dans les sessions à venir. La suite dans un prochain article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.